Chien en surpoids : un régime riche en fibres et protéines serait la solution

quel régime pour chien obèse

Votre chien est en surpoids, voire obèse, et vous ne savez pas comment le nourrir ? Une nouvelle étude a révélé qu’un régime hypocalorique, riche en protéines et en fibres aide les animaux domestiques à modifier leur composition corporelle et leurs marqueurs inflammatoires.

Les résultats étaient similaires aux effets positifs observés chez les humains suivant de tels régimes. La recherche, publiée dans le Journal of Animal Science de l’Académie d’Oxford, a porté sur 12 beagles femelles stérilisées. Toutes étaient en surpoids.

Tout d’abord, les animaux ont été soumis à un régime alimentaire riche en protéines et en fibres pendant environ quatre semaines afin de maintenir leur poids corporel.

Ensuite, pour leur faire perdre du poids, on leur a donné 80 % de leur consommation initiale. Et le traitement a été ajusté à une perte de poids hebdomadaire cible de 1,5 % pendant 24 semaines.

Tout au long de l’étude, ils ont mesuré la composition corporelle des participants, effectué des analyses de sang, mesuré leur activité physique volontaire et prélevé des échantillons de matières fécales.

Comment se déroule le régime pour chien en surpoids ?

Le plan a été formulé sur la base des recommandations de l’American Association of Feed Control Officials (AAFCO) pour les chiens adultes. Des sources de fibres alimentaires, de prébiotiques et d’ingrédients fonctionnels ont été utilisées.

Il s’agit notamment de l’orge, de la pulpe de betterave, de la cellulose et du psyllium (enveloppe des graines d’une plante originaire d’Asie appelée plantago ovata), des scFOS (fructooligosaccharides à chaîne courte) et des graines de lin brun.

Selon les chercheurs, il a été démontré qu’elles sont toutes bénéfiques et qu’elles assurent un équilibre entre les fibres alimentaires solubles et insolubles dans l’alimentation.

Ils ont administré plusieurs ingrédients fonctionnels. Par exemple, la L-carnitine, un acide aminé qui, selon les recherches publiées, améliore la dépense énergétique des chiens.

En outre, l’huile de poisson a été incluse. Les chercheurs l’ont choisi pour ses propriétés anti-inflammatoires et hypolipémiantes chez le chien.

Un extrait de thé vert a également été incorporé car il a été démontré qu’il améliore la sensibilité à l’insuline et le profil lipidique chez les chiens obèses.

Une autre contribution est le chrome, ajouté sous forme de picolinate de chrome. Il s’agit d’un oligo-élément essentiel qui est nécessaire à l’absorption cellulaire du glucose.

Enfin, le régime alimentaire des animaux participants comprenait de la vitamine C et de la vitamine E. Tous deux sont importants pour la fonction métabolique et ont des propriétés antioxydantes.

Les concentrations d’huile de poisson, d’extrait de thé vert, de picolinate de chrome, de vitamine C et de vitamine E étaient basées sur la littérature publiée, précise la recherche.

Des résultats très encourageants

À la fin de l’étude de 28 semaines, les animaux ont pu perdre 31 % de leur poids corporel initial. Et ils ont eu une perte de poids de 1,4% par semaine.

Les chiens ont atteint un poids plus sain sans perdre beaucoup de masse musculaire. Et ils ont pu réduire leur taux de triglycérides, d’insuline et de marqueurs inflammatoires.

“Tous ces changements sont bénéfiques”, a déclaré Kelly Swanson, professeur de sciences animales à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign aux États-Unis, qui a dirigé les recherches.

“Des études antérieures ont montré que le surpoids et l’obésité entraînent une diminution de l’espérance de vie et de la qualité de vie, chez les chiens comme chez les humains”, a ajouté M. Swanson.

En ce sens, l’introduction de l’étude est claire : “L’obésité est une maladie épidémique mondiale et sa prévalence continue de croître chez l’homme, le chien et le chat”, peut-on lire.

“Certains des problèmes que nous observons chez les humains en matière d’obésité se retrouvent également chez les chiens”, a déclaré le professeur. Il y a un stress supplémentaire sur les articulations, il y a une intolérance à l’exercice et une intolérance à la chaleur. Il existe également une intolérance au glucose.

L’étude est inhabituelle car elle a également mesuré les changements dans le microbiote fécal des chiens au cours de leur perte de poids, a déclaré Swanson.

Si le métabolisme et les processus digestifs du chien et de l’homme présentent des similitudes, les deux espèces de microbes qui peuplent l’intestin diffèrent.

La plupart des études sur le microbiote intestinal portent sur l’homme. Ces nouveaux travaux fournissent donc des informations sur les similitudes et les différences entre les chiens et les humains, et sur la façon dont ils réagissent aux changements de régime alimentaire et à la perte de poids.

Rédigé par Maxime

Maxime est un rédacteur vivant à Nancy et un ancien élève de l'ESAV. Il possède un animal de compagnie depuis l'âge de trois ans et a commencé à toiletter des chiens en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.