Le syndrome de chenil

Le syndrome du chenil

Les chiens dominants ou agressifs peuvent devenir doux et soumis afin d’obtenir la nourriture ou l’abri dont ils ont besoin.
C’est le comportement qu’un chien adopte en mode survie.
Les chiens sont des maîtres de l’opportunité et ont survécu en tant qu’espèce des milliers d’années en raison de leur adaptabilité.
Il y a souvent plusieurs raisons à l’arriver d’un chien dans un refuge. Ses propriétaires l’ont abandonné, il s’est enfui et n’a pas été retrouvé. Inutile de dire qu’il y a très peu de chiens vraiment sauvages dans nos rue.
Cela signifie qu’un chien qui était très probablement très sociable avec les humains, vivant dans un monde humain, vivant en intérieur, contrôlé par son maitre, socialisé avec d’autres personnes, etc. ne reconnais plus soudainement tout son monde. Lorsque ce chien atterrit dans un abri, tout cela lui est enlevé. Il se retrouve là parce que ses propriétaires en ont eu marre de lui, ne peuvent plus se le permettre, il est tombé malade, deviens agressif (terme utilisé à la légère) ou pour quelques autres raisons.

Quelle que soit la raison, plus probable qu’improbable, ce n’est pas la faute du chien. Une chose est sûre, c’est que le chien qui se retrouve dans un refuge est perdus et cherche à trouver un sens ou une solution à ce qu’il lui fait face.

Les épreuves qu’un chien subit dans un refuge sont, pour la plupart, un énorme choc pour son système. C’est comme mettre un humain dans une prison à sécurité maximale. Il y a peu ou pas d’interaction humaine. S’il y en a, c’est à travers les grilles d’acier qui abritent le chien. Plusieurs comportements faisant partie du syndrome de chenil sont les suivants:

Combat en cage: les chiens qui sont gardés à la vue des chiens l’un en face de l’autre commenceront à entrer et à sortir de la conduite. En empêchant ce chien d’atteindre le chien de l’autre côté, il peut aggraver un comportement agressif. Jouer à aboyer, peut se transformer en aboiement défensif; “Ne viens pas ici.” Et, comme le chien ne peut jamais atteindre l’autre chien, le chien le plus agressif a l’impression de gagner. Ensuite, lorsque l’autre chien est finalement libéré de sa cage et se rapproche du chien le plus fort, le chien le plus fort est très susceptible de devenir protecteur pour le territoire qu’il protège depuis le début: les combats en cage découlent d’une domination territoriale, qui est un auto- aspect protecteur de la survie. Le plus souvent cela est renforcé, plus le comportement deviendra fort.

Les troubles du comportement

Les troubles du comportement peuvent être définies comme des problèmes de comportement hors norme de votre chien. La nature de ces problèmes est variées (nervosité, sensibilité à l’inconnu, agressivité, hyper-attachement au maître ou fugue, etc …).
La cause la plus fréquente est ce que on appelle le syndrome du chenil. Il s’agit d’un problème qui cause un comportement anormal du chien suite à sa croissance ou évolution dans un milieu non social. Les cas de tels milieux sont nombreux, plus variés que l’on croit, et non limité aux chenils.

Milieux ou situations susceptibles de provoquer le syndrome du chenil

– Milieux sans contact avec d’autres chiens (particuliers isolés),
– Milieux offrant un contact excessif avec d’autres chiens, peu de contacts humains (élevages industriels),
– Chien enfermé dans un espace restreint (chenils, spa mais aussi animaleries qui présentent un des taux les plus élevés de troubles du comportement),
– Dans une moindre mesure, évolution avec absence de parent ou, à l’inverse, sous la tutelle de la mère trop longtemps,

Les problèmes de comportement “naissent” dans les premiers mois de l’évolution du chiot mais apparaissent au maitre aux alentours de 6 mois.

Parmi ces défauts de comportement, on recense

– Agressivité envers les maîtres
– Agressivité envers des étrangers
– Agressivité envers d’autres chiens
– Agressivité envers d’autres espèces (chats…)
– Aboiements excessifs
– Manque de Propreté
– Peur, Stress
– Attitude destructrice
– Fugue
– Problèmes Nutritifs

On trouve souvent 2 à 3 des ces problèmes chez le même chien.

Il est important de détecter les défauts de comportement très tôt, car c’est durant leur apparition qu’ils doivent et surtout peuvent le plus facilement être corriger. La consultation d’un vétérinaire comportementaliste peut s’avérer nécessaire dans les cas extrêmes. La négligence de correction peut se transformer en graves difficultés pour le reste de la vie du chien.

Compte tenu des éléments vu ci-dessus, on ne s’étonne pas de voir que les chiens les plus touchés sont les jeunes chiens.

La socialisation est l’élément déterminant qui conditionne l’avenir du chiot: Elle est imprégnée de manière difficilement réversible entre 2 semaines et 14 semaines environ. Il faut donc être particulièrement vigilent à cette période afin d’offrir un environnement qui doit être celui dans lequel l’animal devra vivre en équilibre.

Il faut ainsi offrir un milieu riche au chiot

– En cas d’attachement excessif à la mère (refus de la quitter, etc), séparer le chiot pour de courtes durées.
– Si la mère est elle-même équilibrée, cela facilite les choses.
– Ne pas laisser le chiot dans sa cage toute la journée en le sortant uniquement pour ses besoins mais le sortir aussi pour jouer.
– Présence humaine importante (Les naissances/élevages en milieux familiaux sont donc plus favorables).
– Contacts répétés avec son père et les espèces avec lesquelles il doit vivre plus tard (chien, chats).
– Apprentissage de la ville, découverte et contact de la foule humaine par des sorties non fatigantes dès le plus jeune age (les premiers mois).

Rédigé par SoS Croquettes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.